Manage Virtual Machines

En quoi consiste la gestion d'une infrastructure virtuelle ?

La virtualisation génère des ressources virtuelles qui peuvent être utilisées tout comme n'importe quelle ressource physique ou application. Le partitionnement d'une unité de disque est une forme courante de virtualisation. Serveurs, réseaux, postes de travail, applications et ressources de stockage peuvent tous être virtualisés.

Lancée par IBM dans les années 1960, la virtualisation constituait un moyen de partitionner de gros ordinateurs centraux en machines virtuelles distinctes capables d'exécuter divers processus avec plus de flexibilité. Même lorsque les grands systèmes ont été remplacés par des postes de travail, des serveurs et des stations de travail, la virtualisation a toujours contribué à la gestion d'un ensemble divers d'applications au moyen d'un réseau de postes de travail et de serveurs.

Désormais, la virtualisation fait partie intégrante des infrastructures de postes de travail et des centres de données. Elle présente un certain nombre d'avantages, notamment des gains de flexibilité et une réduction des coûts, et sa mise en œuvre est simple et relativement peu onéreuse. Aujourd'hui, les centres de données représentent un élément clé à l'origine de nombreux projets, et l'amélioration de leur efficacité permet d'obtenir de bons retours.

L'évolution de la virtualisation se poursuit. Il n'y a pas si longtemps, la règle était généralement une application par serveur. À l'heure actuelle, de nombreuses machines virtuelles, avec des charges de travail élevées, peuvent opérer sur un seul composant matériel.

Les capacités de surveillance et de gestion d'un grand nombre de machines virtuelles n'évoluent pas au même rythme que la prolifération de ces dernières. La nécessité de gérer le matériel et le réseau est toujours présente, et la gestion des machines virtuelles ajoute donc à la charge. Mais sans une gestion adéquate, vous ne vous rendrez peut-être pas compte de tout le potentiel de la virtualisation et, en réalité, vous serez confronté à de sérieux goulots d’étranglement au niveau des performances.

Les nombreux avantages de la virtualisation

Une infrastructure virtuelle peut être une solution technologique abordable pour les organisations qui ne disposent pas du capital permettant d'acquérir des licences matérielles et logicielles, ni de la trésorerie nécessaire pour assurer la maintenance en continu du centre de données. Cette approche visant à optimiser l'utilisation des ressources est évolutive, flexible et simplifie l'équilibrage de la charge entre les serveurs.

Le partage du matériel via la virtualisation permet de réduire les budgets d'investissement. Le matériel physique reste souvent inutilisé pendant de longues périodes. Par conséquent, un même périphérique jouant le rôle de plusieurs machines ou ressources peut être utilisé avec beaucoup plus d'efficacité.

La diminution du nombre de ressources physiques (espace en rack) permet de simplifier la maintenance, de réduire l'encombrement au sol ainsi que la consommation d'énergie. Les centres de données sont susceptibles de consommer une quantité considérable d'énergie ; ce dernier avantage a donc une incidence importante sur les coûts d'exploitation.

Le clonage des postes de travail et des serveurs sur les machines existantes accélère et simplifie le provisionnement et le déploiement. La virtualisation des postes de travail via une infrastructure de postes de travail virtuels (VDI) est probablement la forme de virtualisation la plus courante pour les collaborateurs. Exemples de solutions d'infrastructure de bureau virtuel (ou VDI) :  Citrix XenDesktop, VMware vCenter et le produit open source Virtual Box.

En général, la virtualisation accélère le déploiement, la configuration et la maintenance des serveurs et des stations de travail, ce qui simplifie sensiblement la tâche des équipes informatiques.

Hyperviseur : La technologie sur laquelle repose l'infrastructure virtuelle

Les ressources sont allouées aux machines virtuelles via un programme appelé hyperviseur. Un hyperviseur ressemble à un système d'exploitation pour les environnements virtualisés. Il contrôle tous les aspects d'une machine virtualisée, en fournissant et en accédant aux ressources des périphériques physiques. Ce terme remonte à l'application de partage de mémoire des grands systèmes d'IBM en 1956.

Les deux principales solutions basées sur un hyperviseur utilisent l'hôte Microsoft Hyper-V et l'hôte VMware ESX. ESXi Hypervisor de VMware fait partie de son infrastructure vSphere.

Ces deux plateformes sont prises en charge avec Veaam Backup et Replication 9.5, ce qui garantit une disponibilité totale.

La nécessité de gérer la prolifération des machines virtuelles

L'achat d'un serveur ou d'une station de travail nécessite des approbations budgétaires, l'enclenchement d'un processus d'achat et le contrôle des stocks, alors qu'une machine virtuelle semble être essentiellement gratuite. Elle peut être créée sans longue négociation et supprimée tout aussi facilement.

En conséquence, les pratiques informatiques relatives aux machines virtuelles tendent à être souples. La tendance est à la multiplication des machines virtuelles sans contrôle renforcé. Leur clonage est un processus simple, et dans de nombreux cas, abandonné sans réelle utilisation. Si vous ignorez ces caractéristiques, les performances peuvent s'en ressentir durement, avec des demandes conflictuelles sur l'UC et les disques de stockage qui risquent de ralentir considérablement le débit.

Les machines virtuelles sont véritablement des environnements distincts. Leur prolifération risque de complexifier la gestion de la sécurité, avec l'exécution de correctifs inadaptés ou trop tardifs. En outre, un des grands points forts des machines virtuelles, l'annulation facile des opérations, peut provoquer un casse-tête en termes de sécurité, dans le cas où une machine virtuelle retourne dans un état antérieur à l'exécution d'un correctif récent.

 

Meilleures pratiques en matière de gestion d'une infrastructure virtuelle

Le cloud computing est un service qui fournit des ressources informatiques, des logiciels ou des données partagés via Internet. La virtualisation est donc essentielle au fonctionnement du cloud computing, car l'ensemble des ressources auxquelles vous accédez dans le cloud sont virtuelles. Ces ressources sont gérées par le fournisseur de services de cloud, ce qui facilite certainement la tâche de l'utilisateur.

De nombreuses organisations préfèrent cependant conserver leurs ressources en interne et optimiser leurs processus de provisionnement sans recourir à la virtualisation. Une solution de cloud hybride permet de ménager ces deux orientations.

Le responsable informatique doit toujours surveiller et préserver les ressources existantes, en assurant le suivi des machines physiques, systèmes d'exploitation, licences de produits et niveaux de service, tout en aidant à la résolution de problèmes.  Une infrastructure virtuelle, tout en résolvant certains problèmes d'allocation des ressources, renforce la complexité de la gestion, la structure de la demande étant plus complexe. La simplicité du processus de création des machines virtuelles risque d'aboutir à une prolifération de la virtualisation, ou des machines virtuelles, empêchant ainsi leur gestion efficace.

Vagrant est une solution de gestion des tests des applications, serveurs et configurations qui n'est associée à aucune plateforme de virtualisation spécifique, telle que VirtualBox, VMware ou Hyper-V, mais qui autorise la création de flux de travail compatibles avec n'importe quelle plateforme.

Gestion de l'infrastructure virtuelle

Pour rendre les opérations efficaces, réduire les goulots d'étranglement, résoudre les problèmes et maintenir un haut niveau de sécurité, la gestion de l'infrastructure virtuelle doit être adéquate. Vous devez être en mesure de détecter et d'inventorier chaque machine virtuelle sur votre système, quel que soit son créateur, et de surveiller les performances en continu.

Le processus de virtualisation a dépassé le stade du recours à des outils simples, puissants et efficaces pour le gérer. Il y a des lacunes dans les domaines de l'analyse des performances et de la résolution ; mais dans d'autres secteurs aussi, le niveau de maturité des outils est insuffisant.

Ainsi, alors que les fournisseurs de solutions de virtualisation, notamment HP ConvergedSystem, VMware et Microsoft Virtual Machine Manager, proposent une console de surveillance intégrée, cette dernière reste séparée du réseau dans son ensemble, des systèmes et de la console de surveillance des applications. Il est donc difficile d'obtenir une vue globale permettant d'affecter les ressources et de résoudre les problèmes.

Avec surveillance virtuelle de WhatsUp Gold, vous pouvez surveiller vos serveurs physiques et virtuels (hyperviseurs et invités) à partir d'une console. Tout commence par la détection, la cartographie et la documentation automatiques des serveurs physiques et des machines virtuelles, des clusters, serveurs vCenter, hôtes et invités VMware ESXi de votre réseau. En exploitant les outils intégrés de VMware tels que vCenter et vMotion, vous pouvez détecter et surveiller les machines virtuelles, les associer aux machines physiques correspondantes, et assurer le suivi des machines virtuelles à l'échelle des machines physiques en cas de panne du système.

Et comme il s'agit également d'un module d'extension de WhatsUp Gold vous pouvez retracer facilement l'origine des incidents qui peuvent survenir au sein de votre infrastructure. Recevez des alertes quasiment en temps réel et accédez instantanément à des rapports de performances historiques et en temps réel concernant les périphériques, serveurs, applications et ressources virtuelles, à partir d'une console unique, et ce afin d'harmoniser les tâches de l'équipe informatique.

Tags

Démarrez avec WhatsUp Gold

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

Recevez les plus récents billets de notre blog dans un e-mail mensuel.

<p class='-pt2 -m0'>Thanks for subscribing!</p> Loading animation

Comments
Comments are disabled in preview mode.