Huit meilleures pratiques de supervision réseau à maîtriser

L'une des meilleures choses que vous puissiez faire pour votre réseau est de savoir ce qui s'y passe. C'est ce que vous faites avec la supervision réseau. Mais il ne suffit pas de disposer d'une solution de supervision informatique pour en tirer pleinement parti, ce que vous ferez en adoptant les meilleures pratiques de supervision informatique.

Nous vous présentons 8 bonnes pratiques de supervision réseau. Mais ceci ne représente que partiellement le parcours de la supervision réseau. Vous pouvez obtenir la feuille de route complète en téléchargeant La supervision réseau pour les nuls.

1. Remplacez plusieurs moniteurs par une seule solution

Les administrateurs système et autres professionnels de l'informatique reçoivent parfois l'ordre de réduire les coûts de leurs tâches en diminuant ou, mieux encore, en éliminant les logiciels de surveillance. Si vous avez mis en place plusieurs systèmes de supervision réseau, vous subissez probablement une saturation de tableaux de bord.

Disposer d'une source unique de vérité, accessible à l'ensemble de l'équipe, est crucial pour le succès à long terme de votre service informatique. Si l'équipe réseau utilise un outil, les administrateurs système un autre, et l'équipe chargée des applications un autre encore, il y aura des conflits et des accusations. Si toute votre surveillance est effectuée au moyen d'une solution unique, les équipes feront preuve de plus de responsabilité et de travail d'équipe. De plus, une solution unique réduit considérablement les coûts.

2. Où faut-il déployer déployer la supervision réseau ?

Où pouvez-vous ou devez-vous déployer votre solution de supervision informatique ?La règle générale est la suivante : si le système d'exploitation peut atteindre les systèmes que vous souhaitez surveiller, l'endroit où il est déployé importe peu.Vous pouvez déployer la supervision réseau au sein d'Amazon AWS (Amazon Web Services), de Microsoft Azure ou d'autres environnements cloud.Les professionnels de l'informatique des petites entreprises peuvent même exécuter la supervision réseau sur un système situé sous leur bureau, ou sur un ordinateur portable placé au-dessus de celui-ci.

Le meilleur conseil est de déployer votre solution de supervision à un endroit qui la rende hautement disponible tout en atteignant tous les systèmes que vous souhaitez surveiller.

3. Sachez quoi surveiller

Cela dépend du cas d'utilisation, mais en général, il faut s'assurer que la disponibilité et les performances sont prises en compte pour tout système susceptible de provoquer une panne qui empêcherait le personnel de travailler ou vous ferait perdre de l'argent.

Un exemple simple est celui du routeur qui tombe en panne et auquel personne ne peut se connecter.Évidemment, vous perdez de l'argent parce que vous ne pouvez pas traiter les paiements ou effectuer d'autres tâches productives ou d'ordre économique.

Il n'y a pas de réponse spécifique à la question de savoir ce qu'il faut surveiller. Chaque environnement est différent. Mais en général, vous devez surveiller tout ce qui peut affecter la disponibilité ainsi que les performances du système.Cela ouvre un monde de possibilités.Ne vous contentez pas d'une vision étroite et limitée du réseau. Il est évident que vous devez surveiller les commutateurs, les routeurs et les autres périphériques réseau dédiés.

Mais le réseau est bien plus que cela. Le réseau comprend le web, que vous pourriez très bien vouloir surveiller. Vos applications fonctionnent également sur le réseau et peuvent être surveillées efficacement grâce à votre solution de surveillance. Encore une fois, pensez à ce qui est le plus important pour votre entreprise, le plus critique pour vos opérations et votre capacité à gagner de l'argent, et trouvez un moyen de le surveiller.

4. Meilleures pratiques pour les alertes - Moins, c'est mieux

Une bonne pratique en matière d'alerte peut sembler contre-intuitive, mais elle est bien réelle : moins, c'est mieux.En voici un exemple parfait.Nous sommes tombés sur un client qui effectuait les mêmes actions toutes les deux minutes.Lorsqu'un système devenait indisponible, il recevait une alerte par courrier électronique, même si la panne ne durait qu'une minute.Ensuite, toutes les deux minutes, l'outil de monitoring réseau continuait à envoyer des e-mails. Ils s'y sont tellement habitués que les employés ont commencé à ignorer les alertes.Lorsqu'il y a trop d'alertes, les collaborateurs les ignorent.

Nous vous recommandons de vous assurer que les e-mails ne sont envoyés que lorsque quelqu'un doit se connecter et faire quelque chose. Si vous envoyez un e-mail à partir du système de surveillance, et que personne n'a eu à se connecter et à faire quelque chose, vous les spammez et devez reconfigurer le système.

5. Les alertes doivent se muer en actions

Assurez-vous que toute alarme qui sort vous donne quelque chose d'exploitable.Prenez l'utilisation du CPU, en particulier dans un environnement virtuel. De nombreuses entreprises souhaitent recevoir une alerte si l'utilisation du CPU dépasse 90 % pendant 30 minutes.C'est une mauvaise idée car cela est normal pour une infrastructure bien conçue.Si vous êtes alerté au seuil de 90 %, la tendance naturelle est de vous connecter et de faire quelque chose comme arrêter un processus pour libérer le CPU. Cependant, dans un environnement virtuel, vous êtes censé dimensionner les systèmes de manière à ce qu'ils fonctionnent presque à pleine capacité.

La meilleure recommandation est que si un processeur fonctionne à 99 % ou plus pendant 30 minutes, vous devez absolument envoyer un message à ce sujet et proposer une action à l'utilisateur. Dans ce cas, vous pourriez vous connecter et arrêter un processus.

La meilleure pratique en matière d'actions consiste à s'assurer que vous ne notifiez les utilisateurs que lorsqu'ils peuvent réellement faire quelque chose.N'envoyez pas de notification pour le simple plaisir de notifier.Au contraire, notifiez pour alerter quelqu'un qu'il doit se connecter et résoudre un problème.

Même en l'absence d'alertes, les informations clés sont toujours collectées, et vous obtiendrez toujours ces informations lorsque vous consulterez vos tableaux de bord ou vos rapports de surveillance réseau - il ne s'agit simplement pas d'envoyer des alertes de danger vous indiquant que vous devez faire quelque chose immédiatement alors que ce n'est pas le cas.

6. Meilleures pratiques en matière de reporting

Comme pour la question de savoir ce qu'il faut surveiller, la création de rapports se fait essentiellement au cas par cas, en fonction de ce que les clients ont besoin de voir. Il n’existe pas de « taille unique », ce qui explique pourquoi la flexibilité des rapports de supervision réseau est si importante.La bonne nouvelle est que les rapports de supervision réseau sont une page blanche et que vous pouvez en faire ce que vous voulez.

Tout d'abord, vous devez définir vos besoins, la fréquence des rapports dont vous avez besoin et ce que vous voulez qu'ils couvrent.

L'un des cas d'utilisation les plus courants consiste à établir un rapport sur le temps de disponibilité pour le mois précédent et à le transmettre à la direction. Dans de nombreux cas, les services informatiques sont évalués sur la base du pourcentage de disponibilité des systèmes dont ils sont responsables.

Certaines entreprises établissent des rapports quotidiens sur l'utilisation de la bande passante du réseau, ce qui leur permet d'avoir une vue d'ensemble de leurs performances et de repérer facilement tout trafic non conforme aux attentes.D'autres veulent voir chaque jour les mêmes informations sur l'utilisation de l'espace disque. Tout dépend de l'individu, de l'équipe ou du scénario.

7. Apprenez à connaître la valeur de la planification

La planification des rapports est essentielle. Vous voulez obtenir les données assez fréquemment pour pouvoir agir et les suivre, et assez longtemps pour pouvoir voir les tendances. La fréquence des rapports dépend de la criticité de la fonction et de l'historique des événements et des problèmes.Planifiez ceux que vous devez voir souvent.

N'hésitez pas à explorer ce que les rapports ont à offrir. Tant de données sont à votre portée.Avec WhatsUp Gold, vous pouvez même simplement rechercher le nom d'un rapport. Vous n'avez même pas besoin de savoir comment le rechercher dans l'interface.Il y a une petite loupe sur laquelle vous cliquez pour obtenir plus d'informations. Vous pouvez par exemple rechercher CPU et les rapports sur le CPU s'afficheront, etc.

Les rapports peuvent également avoir différents niveaux de détail. Une personne dont le travail concerne le réseau recevra des rapports plus détaillés, tandis que les cadres supérieurs de l'entreprise recevront des rapports moins détaillés sur la santé globale du réseau.

Ces rapports, en particulier si l'on se réfère à l'historique, permettent d'orienter l'architecture future du réseau.Vous pouvez voir où en est votre entreprise, savoir qu'elle connaît une certaine croissance et planifier l'augmentation de la capacité en conséquence.

La bande passante est évidemment un élément clé à surveiller. Grâce à la surveillance de la bande passante, vous pourrez repérer les connexions plus lentes ou découvrir qu'un vieux serveur ralentit les choses.

8. Faire évoluer la supervision réseau

Il existe plusieurs éditions et options de déploiement disponibles pour WhatsUp Gold. Pour la plupart des entreprises, un seul serveur WhatsUp Gold est suffisant. Pour les grandes entreprises, nous avons la possibilité de déployer plusieurs serveurs WhatsUp Gold dans une architecture distribuée. Grâce à ce que nous appelons des « sondeurs d’évolutivité », nous avons la capacité de mettre à l’échelle jusqu’à 100 000 moniteurs.

La supervision réseau pour les nuls vous permettra de connaître les meilleures pratiques en matière de surveillance et de gestion réseau de votre entreprise, de comprendre les principes fondamentaux de la supervision réseau, de définir des alertes et des actions, etc.

Dans cette édition spéciale, vous découvrirez les meilleures pratiques et les concepts clés de la supervision réseau par Mark Towler, expert produit de WhatsUp Gold, et Doug Barney, auteur et éditeur :

  • Comprendre votre réseau
  • Comment le surveiller au-delà de vos quatre murs
  • Augmenter la visibilité informatique
  • Et bien plus encore

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

Recevez les plus récents billets de notre blog dans un e-mail mensuel.

Loading animation